Fortnite : L’éditeur Epic Games est valorisé à 15 milliards de dollars

Il suffit parfois d’un jeu phénomène pour qu’un studio connaisse un succès incroyable. Certains disaient que Fortnite ne serait que passager et pourtant, des mois et des mois plus tard nous ne pouvons que constater que cette folie est bien durable. On se souvient par exemple de Mojang également avec Minecraft qui avait connu un succès fou au point d’être racheté par Microsoft quelques années plus tard et de perdurer dans le temps… Cette fois, c’est la valorisation d’Epic Games qui fait parler d’elle !

15 milliards de dollars de valorisation pour Epic Games, surréaliste ?

La question mérite d’être posée. Est-ce vraiment justifié ? Pour l’heure, il semblerait que les investisseurs soient plutôt d’accord quand on sait qu’une levée de fond de 1,25 milliard de dollars vient d’être effectuée sans trop de difficulté par l’éditeur Epic Games. Avec presque 80 millions de joueurs mensuels (un chiffre qui clairement fait rêver les plus grands studios !), il n’y a évidemment rien qui peut l’arrêter sur son passage et cela donne confiance aux investisseurs également. Notez que malgré le fait que le titre soit un Free-to-Play, nombreux sont ceux à passer à la caisse pour acheter des éléments décoratifs dans le jeu par exemple. Grâce à cette récente levée de fonds, l’entreprise est dorénavant valorisée à pas moins de 15 milliards de dollars. Notez également qu’il s’agit de l’entreprise non cotée en bourse avec la plus forte valorisation du monde !

Reste à voir comment évoluera Fortnite dans les mois et années à venir mais il faut aussi noter un vrai développement de toute la partie eSport du jeu. En effet, les tournois et les récompenses associées ne cessent d’exploser. Néanmoins, cela n’empêche pas à l’éditeur de prendre des décisions parfois peu appréciées par les joueurs comme l’interdiction des claviers et des souris sur les consoles pour jouer à son jeu.

Source : Siècle Digital

Leave a Reply

*

Next ArticleUne affaire de tricherie sur le poker en ligne menace les sites de jeux